•  
Restez informés!
seuil de sénescence des chiens

La consultation de gériatrie du chien 

Grâce aux soins réguliers que nous leur apportons et à la sensibilisation des propriétaires sur les bilans réguliers de santé, nos chiens vivent plus longtemps qu’avant. Il n’est plus rare actuellement de voir dans nos clientèles des chiens dépassant la quinzaine d’années… Certaines affections liées à l’âge peuvent, pour eux (comme pour nous!) être retardées grâce à un bilan préventif. Ce qui permet de garder nos animaux plus longtemps, certes, mais surtout dans de meilleures conditions. Leur qualité de vie n’en sera que meilleure!
 

Quand réaliser ce bilan?

Ce bilan est à envisager lorsque votre animal dépassera un certain âge, en fonction de sa race et de sa taille. L’âge moyen est déterminé par le "seuil de sénescence", représenté dans le tableau ci dessous par la ligne bleue au tracé irrégulier.

Selon la taille de votre chien, le seuil de sénescence est différent : alors qu’il se situe autour de 9 ans chez un chien de petite race, il est autour de 6 ans pour une race géante.

Pourquoi réaliser ce bilan?

Le bilan gériatrique a pour but de prolonger la bonne santé de votre animal au delà de son seuil de sénescence et de prévenir, d’éviter ou de retarder les maladies les plus fréquentes liées à l’âge.

Le bilan gériatrique nous permet donc de contrôler le fonctionnement des différents organes qui sont les plus touchés par l’âge, et de cette façon, il permet la détection précoce d’une maladie qui en serait encore à son stade latent et pour laquelle une possibilité de traitement existerait encore. 

En quoi consiste ce bilan?

Examen clinique

Tout d’abord avant d’examiner votre animal nous recueillons ses commémoratifs c’est à dire : son mode de vie, s’il y a eu des modifications récentes de son environnement, dans son comportement, s’il a des antécédents pathologiques, s’il a déjà eu des traitements antérieurs, quelles sont ses habitudes alimentaires, s’il voyage régulièrement…

Ensuite nous réalisons un examen général complet de votre animal (température, palpation abdominale, examen dentaire, auscultation cardiaque et thoracique, pesée, …).

Nous nous attardons sur les organes qui peuvent montrer des signes de vieillissement. Nous réalisons un examen ophtalmologique (signes de cataracte? d’hypertension? …), un examen neurologique (vieillissement prématuré? …) et un examen locomoteur (signes d’arthropathies liés à l’âge?). L’examen de l’appareil reproducteur est également réalisé, en effet des problèmes de prostate peuvent apparaitre chez le chien âgé non castré et les tumeurs mammaires ou infections de l’utérus chez les chiennes âgées.

Examens complémentaires

Pour vérifier le fonctionnement des organes principaux un examen sanguin complet est réalisé. Il comprend :

 une numération formule pour vérifier le taux de globules blancs, rouges et plaquettes

un bilan biochimique pour vérifier le bon fonctionnement des reins, du foie et l’absence de diabète. 

une analyse d’urine

Des examens complémentaires d’imagerie peuvent vous être proposés et réalisés à l a clinique si nous jugeons qu’ils sont nécessaires:

  • une échocardiographie en cas de la détection d’un souffle cardiaque
  • un électrocardiogramme en cas de trouble du rythme cardiaque détecté à l’auscultation
  • une radiographie thoracique en cas de toux ou d’anomalie de la courbe respiratoire
  • une radiographie de la colonne et/ou du bassin et articulation en cas de suspicion d’arthrose
  • une échographie abdominale en cas de palpation abdominale anormale ou d’anomalie biochimique anormale
  • plus rarement un scanner en cas de troubles neurologiques sévères, d’exploration d’un processus tumoral débutant…

Quelles sont les principales maladies rencontrées chez les vieux chiens?

L’insuffisance cardiaque

 

Cette affection est fréquente après 7 ou 8 ans chez nos petits compagnons, et vers 5 ans chez les race géantes.


Chez les petits chiens, elle est souvent du à une dégénérescence des valvules mitrales. Ces valvules cardiaques assurent l’étanchéité entre le ventricule gauche et l’oreillette gauche. Les signes d’appel sont souvent de la toux, un essoufflement et une fatigabilité précoce. A l’auscultation cela se traduit par «un souffle cardiaque » Le diagnostic de l’insuffisance cardiaque se fera par radiographie ou échographie.


Chez les grands chiens, on rencontre plutôt une diminution de la force de contraction du cœur qui ne parvient plus à faire circuler une quantité suffisante de sang pour répondre aux besoins de l’organisme. Les symptômes sont les mêmes que pour les petits chiens. Là encore, le diagnostic est radiographique et échographique.


 

Pour toutes ces affections, il existe maintenant des traitements efficaces, qui permettent de ralentir la progression de la maladie, voire de redonner un fonctionnement normal à la pompe cardiaque, et par la même de prolonger l’espérance de vie de nos petits compagnons dans de bonnes conditions.


L’insuffisance rénale

 

Les reins ont un rôle vital dans l’organisme. Ils sont responsables de l’épuration des déchets produits par le métabolisme. Une énorme quantité de sang passe dans chaque rein. On estime ainsi que le volume de sang qui est filtré chaque jour par le rein d’un chien de 10 kg est d’environ 200 litres !


Les reins ont également d’autres fonctions ; ainsi, ils synthétisent différentes hormones nécessaires au fonctionnement de l’organisme, comme l’EPO, responsable de la fabrication des globules rouges. Il sera donc important de détecter rapidement toute possibilité de défaillance rénale débutante.


Chez le chien, celle-ci se manifestera par une augmentation de la quantité de boisson.


Actuellement des traitements efficaces permettent de ralentir l’évolution de l’insuffisance rénale. Associés à une nourriture adaptée, ils permettent un prolongement important de l’espérance de vie.


Les troubles locomoteurs


Chez les chiens âgés notamment chez les chiens de grandes races, il est fréquent qu’ils souffrent d’arthrose. Ils n’est pas évident parfois pour le propriétaire de se rendre compte de la souffrance de son animal. Celui ci le trouve juste un peu moins actif et joueur et met ça sur le compte de la vieillesse. Il existe de nos jours de nombreux moyen de prendre en charge de la douleur : par des croquettes adaptés contenant des chondroprotecteurs, par des cures d’anti inflammatoires, par des cures de complément alimentaires. Lors de la mise en place de ces traitements, on observe souvent un changement radical de l’attitude du chien avec un chien qui recommence à jouer et qui apprécie les promenades. 


La pathologie tumorale

 

C’est une pathologie qu’on rencontre malheureusement fréquemment chez le chien âgé.


Parmi les plus nombreuses, on trouve les tumeurs mammaires de la chienne. La moitié environ de ces tumeurs sont cancéreuses, c’est à dire qu’elles peuvent se disséminer à d’autres organes et donner un cancer généralisé. Cependant, dans la majorité des cas, une chirurgie large et précoce permet de guérir l’animal.


La peau est également le siège de nombreuses tumeurs chez nos petits compagnons vieillissants. Beaucoup de tumeurs cutanées sont bénignes, mais certaines peuvent être cancéreuses et très agressives. Il faut donc enlever et analyser toute lésion cutanée, le plus précocement possible.


Enfin, certaines tumeurs sont insidieuses. C’est le cas des tumeurs des organes internes ou des tumeurs sanguines. Elles peuvent être détectées précocement lors d’examens de routine, autorisant ainsi une espérance de vie prolongée.


Les troubles hormonaux

 

Ils sont fréquents chez le chien qui vieillit.


Les petits chiens (yorkshires, bichons, et surtout caniches) sont fréquemment atteints par une anomalie de fonctionnement des glandes surrénales, qui produisent un excès d’hormones. Cette affection se manifeste par une augmentation de l’appétit, de la boisson, avec des chiens qui peuvent devenir voleurs de nourriture sur la table alors qu’ils ne l’avaient jamais fait auparavant. Ces animaux présentent également des anomalies au niveau cutané, avec un poil terne, clairsemé, souvent une pigmentation de la peau.


Les grands chiens présentent fréquemment des anomalies des hormones thyroïdiennes. Les labradors, les golden retrievers, les setters sont les plus touchés. Ces animaux deviennent indolents, léthargiques. L’appétit est diminué, et pourtant ils grossissent. La encore le poil est terne, clairsemé. Les chaleurs des femelles deviennent irrégulières.



Il faut aussi citer le diabète sucré, qui rend les animaux affamés en permanence, leur fait boire des quantités énormes. Ce diabète peut entraîner rapidement des comas acido-cétosiques.

 

Toutes ces affections hormonales de l’animal qui vieillit se diagnostiquent facilement. Leur traitement donne d’excellents résultats, surtout s’il est commencé précocement


Les troubles du comportement.
 

Chez le chien âgé, les troubles du comportement ne sont pas rares.


Il y a de façon normale une altération des fonctions mentales en relation avec le vieillissement cérébral. Mais toute maladie chronique peut aggraver ce processus. Les troubles du comportement sont nombreux, mais parmi les plus fréquemment rencontrés, on peut citer la léthargie, la diminution de l’intérêt pour les activités habituelles ou pour l’environnement, l’augmentation de la durée du sommeil. La qualité du sommeil peut également être perturbée, avec de l’agitation nocturne, des plaintes ou des aboiements.


Enfin, et c’est un des signes les plus évidents, on note une perte des apprentissages, et notamment de la propreté, ou de la désorientation. Le chien semble ainsi perdu dans la maison, déambule sans donner l’impression de savoir ou il va.


Pour la majorité de ces troubles, il existe maintenant des traitements adaptés, d’autant plus efficaces que leur mise en place est précoce.


Ces comportements peuvent également être le signe d’appel de tumeur cérébrale et un examen neurologique poussé permet de nous le faire suspecter et de vous proposer des examens complémentaires (scanner) si nécessaire. 



La présence de tartre.


En vieillissant, la majorité des animaux se retrouvent avec de grandes accumulations de tartre sur les dents.  Le tartre n’est pas uniquement un problème esthétique, mais un réel problème de santé.  Le tartre s’accumule en permanence et s’infiltre souvent sous la gencive pour l’irriter et la fragiliser.  Il en résulte une gingivite (inflammation de la gencive) qui se reconnaît par la couleur rouge des gencives.  Par conséquent, des saignements au moment des repas, des infections buccales, des abcès, une mauvaise haleine, des dents qui se déchaussent ou même des dents qui ne tiennent dans la bouche que par la couche de tartre peuvent survenir lors de mauvaise hygiène dentaire.  

Votre compagnon souffre forcément lorsque le tartre devient important.  De plus, les bactéries, qui se retrouvent dans le tartre, peuvent passer dans le sang et se loger dans plusieurs organes (cœur, reins), contribuant ainsi au développement de maladies qui peuvent être graves (insuffisance cardiaque et rénale).  Si les dents de votre animal sont recouvertes de tartre, il serait bon de songer au détartrage.



petit quizz :


pour savoir si votre animal a besoin d’un bilan de gériatrie faites le test. Si vous répondez oui à une de ces affirmations alors votre chien peut présenter une des affections décrites précédemment et un bilan de gériatrie est intéressant.



Mon animal boit plus souvent;

 

Mon animal urine plus souvent;

Mon animal perd ses habitudes de propreté;

Mon animal change ses habitudes alimentaires (mange plus ou mange moins);

Mon animal a perdu du poids ou a eu un gain de poids;

Mon animal présente des changements dans son comportement et/ou son niveau d’activités;

Mon animal présente de la raideur ou une boiterie persistante;

Mon animal a de la difficulté à monter les escaliers;

Mon animal a de la difficulté à sauter;

Mon animal halète beaucoup après avoir marché;

Mon animal a développé une toux;

Mon animal manifeste une mauvaise haleine et/ou des gencives rouges ou enflées;

Mon animal présente des bosses ou masses;

Mon animal présente des changements dans son pelage ou sa peau;

Mon animal modifie ses habitudes de sommeil; il dort plus souvent ou dort durant la journée et est actif la nuit;

Mon animal participe moins à la vie familiale;

Mon animal semble désorienté;

Mon animal n’accueille plus les membres de sa famille;

Mon animal ne semble pas bien voir ou se cogne contre des objets lorsqu’il se trouve dans un environnement inhabituel;

Mon animal semble avoir de la difficulté à déféquer ou uriner;

Mon animal n’est simplement pas lui-même