Restez informés!

Les protocoles vaccinaux pour lutter contre la parvovirose 

 

Rappel:


La parvovirose du chien est une maladie virale, hautement contagieuse, potentiellement mortelle, provoquant une gastro-entérite hémorragique. La mort peut survenir en moins de 24 h.
Les soins comprennent perfusion, parfois transfusion, antispasmodiques, antalgiques, antibiotiques, interferon...ce sont des soins d’urgence lourde.

Sans soins, le taux de décès est proche de 100%, il «tombe» en dessous de 20% avec une mise en place de soins intensifs.
L’intérêt de la vaccination est donc capital, encore faut-il un protocole adapté et rigoureux.

Les anticorps maternels

Si la mère est à jour de ses vaccins, le chiot nait avec une protection donnée par la mère ( les anticorps maternels).
ces anticorps vont protéger le chiot efficacement jusqu’a 6 semaines, et il peuvent persister dans l’organisme jusqu’à 13/14 semaines sans être en quantité suffisante pour être efficaces.

La vaccination «parvo»

Elle consiste à injecter une quantité importante de virus ( virus vivant atténué dans le cas de la parvovirose).
En principe, deux injections sont nécessaires pour conférer une protection efficace lors d’une primo-vaccination. la première doit être pratiquée à 8 semaines révolues, la deuxième à 12 semaines révolues. un rappel annuel est ensuite recommandé en zone à risque ( comme à la Réunion), tous les 2 ans sinon.


Les limites et pièges de la vaccination

Si les anticorps maternels sont en quantité trop importante à 8 semaines, ceux-ci risquent d’inactiver la première vaccination et donc de fortement diminuer son efficacité.
il n’y a aujourd’hui aucun moyen simple de savoir si un chien possède encore beaucoup d’anticorps maternels à 8 semaines.

Ces données expliquent certains échecs de vaccinations . On estime que le taux de protection conféré avec ce protocole classique de vaccination 8 & 12 semaines est d’environ 90%.

Afin d’améliorer ce taux de protection et de se rapprocher des 100%, 2 protocoles «renforcés» peuvent être proposés:

- Protocole 6 / 8 / 12 semaines

Il consiste en une injection précoce d’un vaccin «parvo» spécial, ultra concentré en particules virales.
ce vaccin va inactiver les éventuels anticorps maternels encore présents, conférer une immunité vaccinale rapide mais peu durable, et surtout garantir une complète efficacité des 2 vaccinations suivantes à 8 et 12 semaines.

- Protocole 8 / 12 / 16 semaines

Il est proposé dans le cas ou la première consultation du chiot à lieu après ses 8 semaines, et ou donc le protocole « 6/8/12» ne peut plus être pratiqué.
on re vaccine donc après la 16 ème semaine. Ce dernier rappel aura pour but de compenser un éventuel manque d’efficacité du vaccin à 8 semaines ( du à une éventuelle inactivation par les d’anticorps maternels).

Vous aurez compris, la vaccination n’est pas un acte anodin consistant en de simples injections!
Les progrès des recherches en immunologie nous apportent des vaccins de plus en plus efficaces, mais ils nous expliquent aussi les «pièges» et échecs ( heureusement rares) de certaines vaccinations.

En résumé:

La protection vaccinale est d’environ 90% avec le protocole classique recommandé par les laboratoires. En zones à risques ( régions ou l’on rencontre encore beaucoup de parvovirose) et la réunion en fait partie,
Nous recommandons un protocole « 6/8/12» ou à défaut «8/12/16» si le vaccin 6 semaines n’a pas pu être pratiqué.

 

Ne pas oublier que le taux maximal de protection n’est obtenu que 5 à 7 jours APRÈS la dernière injection, et que pendant toute cette période l’animal peut contracter la maladie. il est donc recommandé de limiter au maximum les sorties et contacts avec des chiens malades ou non vaccinés.

Ne pas non plus oublier les rappels annuel