Restez informés!

La première consultation du chiot ou du chaton 

La clinique vétérinaire est un lieu où votre chiot va avoir l’habitude de venir au moins une fois par an. Il ne doit pas l’associer à une mauvaise expérience et le craindre. Prenez le temps de le lui faire découvrir, ainsi que le vétérinaire, dans de bonnes conditions.

Lorsque vous prenez rendez vous prévenez nos assistantes que c’est une visite de contrôle pour un nouveau chiot afin que vous puissions vous dédier plus de temps que pour une consultation classique pour que vous puissiez poser toutes les questions qui vous viennent.


L’importance de la première consultation

A la première consultation, nous faisons un examen général de votre chiot ou chaton et nous parlerons des vaccinations avec vous alors n’oubliez pas d’emporter les informations concernant tout traitement antérieur (l’éleveur a dû vous remettre les certificats de vaccination). Certaines maladies ou malformations (cardiaque notamment) ne peuvent se détecter qu’avec un examen clinique minutieux : il est important de s’assurer que votre nouveau compagnon est en pleine santé.


Cette consultation nous permettra de discuter de de répondre également aux questions que vous vous posez sur : la santé, l’alimentation, l’exercice, l’identification, le carnet de santé et le passeport pour animal de compagnie, le toilettage…


N’oubliez pas de demander des informations sur les «réunions et les cours de dressage de chiots » ayant lieu au cabinet ou aux alentours.

Si vous voulez plus d’informations sur les vaccins réalisés sur votre chiot ou vitre chaton cliquez sur le lien ci dessous.


Familiariser votre chiot avec le cabinet vétérinaire

Après cette première visite non traumatisante, votre chiot gardera un souvenir positif du cabinet et n’aura pas de craintes particulière quand vous serez obligé de le ramener dans des conditions plus difficiles : maladies, accident, vaccination…

N’hésitez pas à poser toutes les questions qui vous viennent à l’esprit à votre vétérinaire (santé et sécurité de votre chiot, alimentation, bien-être, éducation…) Il n’y a pas de mauvaise question, toute information est bonne à prendre pour vous rassurer et mieux vivre avec votre chien.

Les points abordés

Vermifugation 

La vermifugation consiste à détruire les parasites intestinaux de votre animal, tant pour sa santé que pour la vôtre. Ces parasites, souvent présents en grand nombres chez le chiot ou le chaton, peuvent provoquer des troubles parfois sévères et s'avérer dangereux pour l'Homme. Le risque est encore plus important chez les enfants dont l'apprentissage de l'hygiène de base n'est pas acquise (lavage des mains systématique par exemple).

 

Pour que votre animal soit en plein santé et que sa croissance se fasse correctement, la vermifugation doit se faire tous les mois jusqu'à l'âge de 6 mois, puis tous le 2 à 4 mois tout au long de la vie de votre chien ou chat en fonction de son mode de vie.

 

Le vermifuge est un médicament à part entière, délivré à ce titre sur ordonnance, avec une prescription qui dépendra du poids, de l'âge, du stade physiologique de l'animal et de son mode de vie, donc du risque encouru. C'est un acte médical majeur de santé publique!


Alimentation 

Pour votre animal comme pour vous, une alimentation saine et équilibrée sera primordiale pour assurer un bon état de santé. Votre compagnon est un carnivore possèdant une certaine tolérance pour les régimes omnivores, mais il reste avant tout un carnivore. Il est donc primordial de lui apporter une alimentation qui soit composée en majorité de protéines de bonne qualité afin d'éviter une usure rénale prématurée. Son système digestif assimile de façon assez médiocre la plupart des féculents.

Le meilleur compromis actuel se situe dans l'alimentation sèche haut de gamme (croquettes premium) qui fournira des protéines sous forme de viande noble (absence de sous-produits animaux tels que tendons, aponévrose, carcasses de volailles, abats), une concentration énergétique adaptée à ses besoins, avec une digestilbilité totale de l'ordre de 90 % (ce qui limite fortement le volume des selles émises), pour un prix restant abordable.

La présentation "croquettes" offre par ailleurs l'avantage outre son aspect économique, d'être facile à stocker et à conserver. De plus ce type d'alimentation favorise la mastication de votre compagnon et de ce fait participe à l'entretien de sa denture, seul moyen de défense et de préhension de l'aliment mais aussi des objets.

 

Certaines pratiques alimentaires seront à bannir impérativement.

Les os n'ont aucune valeur nutritive pour les chiens et peuvent s'avérer dangereux pour la santé en provoquant de l'usure et des fractures dentaires, des constipations graves, des occlusions, des perforations, et ce quelles que soient les sortes d'os utilisées.



Conseils concernant l’éducation du chiot

 

Vous êtes devenus les heureux maîtres d'un chiot et très vite vous allez vous apercevoir qu'il ignore les comportements indispensables tant à sa vie avec ses maîtres et l'ensemble des humains, qu'à sa vie de chien. En effet votre chiot est encore « inachevé » sur le plan comportemental et doit acquérir des éléments de communication, les règles de vie en groupe, la hiérarchie, mais doit aussi apprendre à contrôler ses mouvements.

 

 

Apprendre à contrôler ses mouvements

 

Dès l'âge de 5 semaines votre chiot a appris à contrôler l'usage de ses mâchoires et donc à ne pas mordre à tort et à travers. Arrivé chez vous, stimulé par la nouveauté et vos mouvements, il va avoir tendance à vous mordiller fortement. Ce n'est pas parce qu'il a mal aux dents. C'est un comportement qu'il faut canaliser.

Pour cela vous refuserez le jeu chaque fois que votre chiot tentera de vous mordiller. Saisissez-le par la peau du cou et soulevez-le légèrement en disant "NON" sèchement, puis reposez-le et cessez tout jeu pendant quelques minutes.

 

De même, évitez les jeux durant lesquels vous tirez sur un objet et ne répondez à ses appels au jeu que s'il pose les jouets devant vous. Tout jeu aboutissant à un état d'excitation incontrôlé doit être proscrit.

 

Se détacher

 

Votre chiot est un animal social qui vient de quitter sa mère et sa fratrie. Il doit passer d'une "meute" à une autre, celle de votre famille. Pour ce faire il va recréer avec vous un lien d'attachement très proche de celui qu'il avait avec sa mère, qui favorisera l'adoption. Il conviendra de ne pas laisser persister ce lien au-delà de quelques semaines. A l'approche de la puberté, il faudra apprendre à votre jeune chien qu'il ne peut plus venir se blottir contre vous à tout moment.

Pour cela, il faudra lui donner l'ordre, lorsqu'il voudra dormir, d'aller dans son panier et non contre vous. D'autre part vous refuserez de le caresser si c'est lui qui en fait la demande. Les caresses ne seront données que si c'est vous qui en avez pris la décision, après avoir appelé le chien.

 

La hiérarchie

 

Votre chien doit apprendre plusieurs choses sur les règles qui régissent la vie de la "meute" à laquelle il appartient désormais.

 

C'est vous qui mangez les premiers, et il ne peut rien obtenir de votre repas. Il peut assister à votre repas, mais en aucun cas vous ne devrez lui donner à manger pendant que vous êtes à table.

Il doit manger seul dans son coin, après vous. Vous ne devez pas assister à son repas. Seuls les dominés regardent les dominants manger.

Il ne pourra disposer de sa gamelle que pendant 15 minutes au maximum. Après ce délai, vous la lui retirerez, même si elle n'est pas vide et votre chien devra attendre le repas suivant.

 

Vous seuls contrôlez l'espace dans lequel vit la "meute". Le chien possèdera un lieu de couchage différent du vôtre, où il sera relégué chaque fois qu'il se montrera gênant ou désagréable, voire désobéissant. En aucun cas il ne devra avoir accès à vos lieux de repos (chambres à coucher, canapés et fauteuils) qui constitueront votre territoire propre, de même que vous ne dérangerez pas le chien s'il se réfugie dans son panier qui sera considéré comme son "chez soi".

De même vous lui interdirez l'accès aux étages afin de ne jamais vous trouver en situation géographiquement inférieure à celle de votre chien. Il ne doit pas pouvoir observer la totalité de vos déplacements dans la maison.

 

Vous seuls pouvez prendre les initiatives concernant la vie de la meute, qu'il s'agisse de jouer, de caresser, d'aller se promener, de recevoir des visiteurs. Chaque fois que votre chien prendra une de ses initiatives à votre place, il devra être renvoyé à son panier jusqu' à ce que vous l'invitiez à participer à vos activités.

 

Seuls les dominants ont le droit d'exprimer publiquement leur sexualité. Votre chien ne pourra donc pas pratiquer de chevauchements sur les jambes, sur des coussins ou sur ses jouets.

 

Ces conseils, adaptés au besoin à votre cas devraient vous éviter bien des déboires tels que l'anxiété de séparation, l'hyper-attachement, l'agressivité, qui sont des troubles du comportement parfois graves résultant le plus souvent d'une erreur d'éducation.

 

Toutefois si ces difficultés surgissent, parlez nous en rapidement afin que des situations gravement conflictuelles ne se développent pas. Soyez en particulier très vigilants si votre chien répond aux ordres en grognant : il est alors grand temps de réagir !

 

La propreté

 

Il faut d'abord savoir que la seule chose que le chiot ait apprise avec sa mère, est qu'on ne fait pas ses besoins où l'on dort. C'est peu par rapport à nos exigences. Il va donc falloir tout lui apprendre.

Il faut profiter de la tendance qu'ont les chiots à faire leurs besoins dès qu'ils ont fini de manger et lorsqu'ils se réveillent. Donc, dès que l'un de ces moments se présente, sortez votre chiot à l'endroit où il doit faire et restez avec lui en le faisant se promener, ce qui facilitera les choses.

Dès qu'il aura fait, récompensez-le chaleureusement.

Par contre, s'il fait dans la maison, il ne faut le sanctionner que si vous le prenez sur le fait. Sinon, ignorez l'incident et surtout ne nettoyez pas devant lui: il risquerait d'associer alors votre position à une invitation au jeu, ce qui constituerait une récompense de sa malpropreté.

Ne disposez surtout ni journaux, ni serpillères sur lesquels vous l'autoriseriez à se soulager. Vous devriez alors lui apprendre par la suite que ce comportement est interdit pour finalement lui enseigner le bon.

 

Le rappel

 

C'est la hantise de nombreux maîtres. En fait, il faut commencer très tôt en jouant. Rappelez-vous que le chiot ne mémorise son nom que comme un signal de contact. De ce fait, lorsqu'il est jeune, il n'a pas de raison particulière de venir lorsque vous l'appelez. Il faut donc vous rendre attrayant en adoptant une posture accroupie et en restant souriant quel que soit le temps que met votre chiot pour revenir. Caressez-le dès qu'il arrive, puis renvoyez-le jouer. A la longue, votre chien apprendra par conditionnement à venir dès qu'il entendra son nom.

 

 

La marche en laisse

 

Elle peut commencer très tôt à condition d'être un jeu. La laisse et le collier ne doivent pas être utilisés comme des outils de traction mais comme des systèmes de transmission. Il faut placer le chien toujours du même côté et on fixe comme repère la jambe du propriétaire; A chaque fois que le chien dépasse ce niveau, il est sanctionné par une traction sèche sur la laisse. Sitôt le chien placé, on le félicite. Il faut chercher à capter en permanence son attention et éviter de faire de longs trajets rectilignes pendant lesquels l'attention du chien se relâche. Au contraire, changements de direction, de trottoirs maintiennent conducteur et chien en contact